"LE LAVOIR KALEBO III"

Une exploration urbaine dans une usine désaffectée en Bourgogne, Franche Comté...


  • Temps de visite : Rien est assez long pour ce lieu !


  • Danger : 5/5


  • Présence de mobilier : 4,5/5


  • Dégradations : 1/5


  • Surveillance : 1/5


( Ces notes sont relatives à notre appréciation )


Urbex à trois ! Urbex sympas !

Le réveil sonne !

Debout car aujourd’hui Guillaume et moi avons une invitée : Ma meilleure amie.

Elle nous accompagne pour la rédaction d’un article dans son blog - "Curiosités chez Alice".

Le thème de sa chronique : les Peaky Blinders.

"C’est sportif mais réjouissant! "

Alice (Blogueuse Culturel)

Pas si simple d'entrer !

 

Nous récupérons donc notre troisième passagère, puis, après 1h30 de route et un Burger King, nous sommes dans la bonne ville. Comme à notre habitude, nous passons devant le bâtiment pour l’apercevoir rapidement avant de nous garer.

Capuches sur nos têtes, nous marchons jusqu’à l’entrée repérée la veille via Google Earth. 

 

Malheur !!!

 

Des ouvriers travaillent sur les rails qui coupent notre chemin ! Il faut trouver un plan B ou notre escapade tombe à l’eau...


Nous continuons le long de la clôture, un passage s’offre à nous. Un grillage arraché et un portail à escalader. En théorie facile. Mais, nous sommes le long d’une départementale, il faut faire vite ! Nous guettons les voitures. A la première occasion nous sautons ! 

 

C’est le moment ! En quelques secondes, nous sommes à l’intérieur ! Autour de nous, des bâtiments magnifiques avec de jolies façades. Sur l’un d’eux est inscrit le mot « bureau », nous comprenons que nous sommes dans la partie administrative de l’usine.

Il est 14 heures et le temps est gris ! La pluie nous guette alors nous décidons de foncer vers la raison de notre venue : le lavoir !

Cette usine est magnifique et mérite d’être classée au patrimoine ! Arrivée au pied de ce mastodonte, je me sens toute petite (malgré mes 1m76). Un escalier en pierre nous tend les bras, Alice est la première à l’emprunter.

Il faut aimer la hauteur !

Nous sommes maintenant à plusieurs mètres de hauteur sur une passerelle. La vue est impressionnante : la rivière, un hangar et un genre de « Space Mountain » pour marchandises nous régalent déjà. Et ce n’est que le début !

Un spot labyrinthe

Nous nous faufilons dans le bâtiment et le spectacle est encore plus prenant qu’à l’extérieur ! Une foule de machines, de tapis roulants, d’escaliers en métal et d’outils sont là, au repos légèrement usés par le temps.

Ce bâtiment se compose : d’une grande salle des machines sur plusieurs niveaux, d’un magasin plein de trésors, d’ateliers intacts, d’un quai de gare avec son train, etc...

 

Le temps semble vraiment s'être arrêté dans cette usine.

Un peu de casse et de rouille mais pour moi c’est un lieu magnifique !

"TCHOU-TCHOU"

Thomas le petit train

Nous sommes sur le quai de gare et nous entendons du bruit. Je n’aime pas trop ça. Je précipite notre avancée vers un autre bâtiment. Je me retourne, ce ne sont que des jeunes explorateurs comme nous, pas de panique.

Nous continuons notre chemin et revenons au point de départ c’est-à-dire l’aile administrative de ce lavoir. 

 

La chance nous sourit. Le mauvais temps ayant laissé place au soleil, nous pouvons prendre de jolies photos des extérieurs !

 

Nous accédons aux douches communes où nous trouvons des casiers ouverts avec encore des affaires : serviette, casque, pantalon et chaussures !

Cette exploration se finit...

Trempés et un peu frustrés ... Notre contretemps pour entrer et la pluie qui mouille nos objectifs photo, nous n’avons malheureusement pas eu le temps de tout explorer avant la nuit. C’est avec grand plaisir que je vous invite donc à guetter un prochain article plus détaillé dans l’été à venir. Et oui !

Je compte bien retourner dans ce lieu hors norme !

Un poil d'histoire : 

 
 Le Lavoir Kalebo III fut construit à partir de 1923. Entrées en service entre 1927 et 1930,

le lavoir est alors l'une des plus puissantes usines de traitement de "haha mystère" en Europe, avec une capacité de 1000 tonnes/heure.

 

Ses lignes de traitement (machines et tapis) seront automatisées dès 1989.

 

Le lavoir se situe au cœur d'un grand réseau ferré : PLM actuellement la SNCF.

Ces rails lui permette d'approvisionner en "haha mystère" brut l'usine.

 

Le système d'expédition des marchandises se fait via un port fluvial et le réseau privé électrifié (encore partiellement en service en 2000, il est le seul de ce type conservé en France.)

 

Fermé depuis novembre 1999,  Le Lavoir Kalebo III reste un bâtiment emblématique de l'exploitation industrielle du "haha mystère".

 

En l’absence de projets concrets de reconversion, il est depuis à l'abandon.

Notre avis :

Que dire sur ce lieu ? Époustouflant, Gigantesque, Dingue ! mais Quel lieu !

Je n'ai rien à dire ... c'est le genre de spots que j'aime ! Il y a même un train !

Et comme dit plus haut, Guillaume et moi avons prévu d'y retourner cet été !

A préserver absolument !!

 

Raptorement vôtre !

Léa & Guillaume

 

Suivez nous sur Instagram : @leamtrn_linspiration

                                           @urbexraptor

Julien

Salut super intéressant votre site, je pratique également l’urbex Et j’aurais aimé savoir si c’etait Possible d’avoir les coordonnées du lavoir, pour une simple visite, pas dans le but de tout saccager.

Merci, bonne continuation ✌️

Urbex Raptor

Hi ! Merci pour ton commentaire Julien! C’est le genre qui motive ! Nous ne donnons pas les adresses... mais continue à chercher tu savouras encore plus ta visite !!! A bientôt l’ami ! 🦖

Nathan

Soit malin Julien, analyse les photos pour en savoir plus sur l'origine de ce lavoir, un bâtiment de cette taille n'est pas méconnu...

urbexeur

Cherches quel genre de matière à bien put nécessiter un lavoir ... et tu trouveras très vite ;)